Dois-je faire un business plan pour me lancer dans le commerce ?

La création de business plan semble l'étape la plus redoutée pour les entrepreneurs et est parfois délaissée. Cependant, il représente une formalité, voire une contrainte pour les investisseurs. Est-ce réellement nécessaire avant de se lancer dans le commerce ?


L'intérêt du business plan

Le plan d'affaires est un document indispensable dans le domaine du commerce, notamment dans le commerce en ligne. En effet, ce dossier mesure principalement les ressources nécessaires. L'entrepreneur étudie minutieusement son projet afin de dégager les capitaux indispensables au démarrage. D'ailleurs, les études financières du projet sont résumées dans le plan de financement. Ce dernier représente l'élément incontournable indiquant les besoins et les ressources du projet. De plus, l'estimation des revenus et des dépenses permet d'évaluer la rentabilité de l'idée.


De plus, le business plan représente un outil incontournable pour les partenaires potentiels. Effectivement, les entrepreneurs ne peuvent espérer un quelconque financement sans un plan d'affaires. Ce dernier constitue un outil de confiance entre l'auteur du projet et l'investisseur. D'ailleurs, la rédaction d'un business plan lors du lancement d'un projet se solde majoritairement par le succès des activités commerciales (64 % des activités) selon une étude de Palo Alto Software auprès de 3 000 entrepreneurs.


Les limites du plan d'affaires

Les inconvénients du plan d'affaires sont nombreux. En premier lieu, le plan d'affaires ne s'adapte pas, dans la majorité des cas, à la réalité du terrain. En effet, les données mentionnées sont souvent établies de façon théorique et nécessitent quelques ajustements après le lancement du projet. Les erreurs de déduction concernent notamment le marché qui s'avère plus difficile d'accès en raison de nombreuses barrières à l'entrée. De plus, les entrepreneurs sous-estiment le délai de changement de comportement des consommateurs.


De plus, l'instabilité du monde du commerce contredit fréquemment les prévisions financières établies. Effectivement, les entrepreneurs sont souvent induits en erreur en raison des chiffres trop optimistes. D'ailleurs, dans la pratique, le business model (manière dont une activité commerciale génère les revenus) semble moins efficace. De surcroît, le contenu d'un business plan dépend de la taille de l'entreprise. Les business plan classiques comportant la gestion des ressources humaines sont uniquement destinés aux entreprises d'envergure.


Ce qu'il faut faire

Pour éviter toutes formes d'erreurs dans le plan de développement, la méthode « lean startup » propose une démarche plus rationnelle. Cette méthode parle de la transformation du business plan traditionnel en une liste d'hypothèse logique. Cette hypothèse sera ensuite validée par une vérification sur le terrain, communément appelé « le cycle d'aller-retour sur terrain ». Cette descente constitue la deuxième étape. La dernière étape vise à créer un produit conforme aux habitudes des consommateurs que les startups appellent « le produit minimum viable ».


Un business plan se doit d'être percutant, réaliste et compréhensible. En effet, l'investisseur potentiel mise uniquement sur les plans d'affaires des projets rentables à long terme. Les entreprises comme Iron Group financent uniquement les startups jugées innovantes et ambitieuses. Cependant, les projets bénéficiaires profitent de 5 années d'investissement grâce à la filiale d'Iron Group, Iron Capital.



Les articles